La violence à l’égard des femmes et des filles: la mesurer pour y mettre un terme

Annulé

La violence à l’égard des femmes et des filles est une violation des droits humains et une manifestation des relations de pouvoir inégales entre les femmes et les hommes. En Suisse, selon l’Office fédérale de la statistique, sur les 278 homicides commis entre 2009 et 2019 dans la sphère domestique, 74% des victimes étaient des femmes et filles. De plus, 52% des infractions enregistrées par la police dans le contexte domestique sont perpétrées dans des relations de couple actuelles. En 2019, 19 femmes sont décédées des conséquences de la violence domestique. Selon une estimation faite par INFRAS, chaque année, environ 27’000 enfants sont confrontés à la violence au sein de leur foyer, pouvant entraîner de multiples conséquences à court et à long terme.
A l’échelle globale, selon l’OCDE, près d’une femme sur trois subit la violence d’un partenaire intime au moins une fois dans sa vie. Début 2020, ONU Femmes a estimé qu’au cours de l’année précédente, 18% des femmes et des filles avaient été soumises à des violences sexuelles et/ou physiques exercées par un partenaire. Ce problème tend à s’intensifier avec la situation liée à la crise du Covid-19.

L’élimination de la violence envers les femmes et des filles est une priorité nationale et internationale de la Suisse en lien avec l’Agenda 2030. En outre, l’article 11 de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (Convention d’Istanbul), ratifiée par la Suisse en 2017, demande aux Etats parties de collecter des données statistiques pertinentes sur toutes les formes de violence couvertes par la convention.
Les statistiques ne représentent pas seulement une question technique, mais un outil puissant pour rendre compte de la situation et cibler l’élaboration des politiques de lutte contre la violence envers les femmes. C’est donc une condition préalable essentielle à une action efficace de la Suisse pour s’attaquer à ce fléau.

Cet événement est organisé par le Bureau fédéral de l’égalité en collaboration avec l’Office fédérale de la statistique et la Direction du développement et de la coopération.
Durant celui-ci, les panelistes discuteront de l’importance des statistiques et des indicateurs pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes et ainsi continuer les progrès vers la réalisation du cinquième objectif de développement durable (ODD) : Réaliser l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et de toutes les filles et sa cible 5.2 : Éliminer toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles dans les sphères publique et privée, y compris la traite et l’exploitation sexuelle. Le panel présentera la situation statistique en Suisse, fera un point sur les projets en cours et discutera des défis dans le domaine, y compris en période de pandémie. Les réflexions générées à l’occasion de cette rencontre seront reprises lors du Forum mondial des Nations Unies sur les données, qui se tiendra à Berne du 3 au 6 octobre 2021, au cours duquel les statistiques sexospécifiques feront l’objet d’une attention particulière.

L’événement aura lieu à Berne le 18 novembre 2020 de 19h00 à 20h15. Il annoncera la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes du 25 novembre.

Des remarques introductives seront formulées par Sylvie Durrer, Directrice du BFEG.

Un panel sera constitué de représentant-e-s des entités suivantes :
• OFS ;
• BFEG ;
• Police cantonale ;
• DDC ;
• Société civile.

Plan de protection : Au vu de la situation sanitaire actuelle, un plan de protection a été développé selon les indications de l’Office fédéral de la santé publique. La participation aux événements est limitée à 60 personnes dans la Banque cantonale bernoise et 100 personnes au Bellevue Palace. L’inscription aux événements est obligatoire et permet la collecte des coordonnées. Ces dernières seront fournies aux autorités en cas de nécessité de traçage. Elles seront supprimées 14 jours après la manifestation. Par ailleurs, des gels désinfectants seront mis à disposition à l’entrée des événements, une distance entre les places assises sera maintenue et le port du masque est obligatoire (à l’exception des panelistes).

Veuillez vous inscrire à ce lien : https://forms.gle/K6Mib4gsxmMroXJj7

Partager cet événement